Vidéos

  • Prélude en Cm Opus 28 n° 20 – 1838
    C’est le vingtième des vingt-quatre Préludes formant l’opus 28, écrits chacun dans une tonalité différente en suivant le cycle des quintes, chaque tonalité majeure étant suivie de sa relative mineure. Ils ont été composés entre 1835 et 1839, en partie sur l’île de Majorque où Frédéric Chopin avait passé l’hiver avec George Sand et ses enfants, pour échapper au climat pluvieux de Paris qui aggravait sa tuberculose chronique. Inspirés des préludes du Clavier bien tempéré de Jean-Sébastien Bach, ils inspireront à leur tour les Préludes d’Alexandre Scriabine, ceux de Claude Debussy, et de Sergueï Rachmaninov.

Nocturne en B maj N°1 opus 38.
Ce nocturne écrit en 1837 porte l’interrogation et les élans secrets de la relation que nouaient George Sand et Frédéric Chopin. Cette version jazz jouée comme une ballade réserve la partie improvisée à la contrebasse, d’abord en pizzicato puis à l’archet.

Ce nocturne a été composé pour Ludwika Chopin avec la dédicace : “À ma soeur Ludwika
comme un exercice avant de commencer l’étude de mon second concerto”. Il a été publié vingtsix
ans après la mort du compositeur, sous le titre Réminiscence. Il est connu pour avoir sauvé
la vie de la pianiste Natalia Karp, qui fut épargnée après l’avoir joué devant l’officier nazi Amon
Goeth, commandant du camp de concentration où elle était détenue.